Réduction drastique des vols entre l’Hexagone et l’Outre-mer

Réduction drastique des vols entre l’Hexagone et l’Outre-mer

L’arrêté a été publié fin de semaine dernière au Journal Officiel. Désormais les vols entre l’hexagone et l’Outre-mer sont réduits à compter du lundi 23 mars. Une information confirmée par la ministre des Outre-mer le 24 mars dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux.

“Nous avons pris la responsabilité de réduire drastiquement les vols entre la France hexagonale et la France d’Outre-mer”, a annoncé Annick Girardin. Les vols sont seulement réduits et non interdits car selon la ministre des Outre-mer, “il est essentiel de garder un lien pour acheminer du fret, des médicaments, et permettre aux hommes et aux femmes venus renforcer les équipes sur place d’être à nos côtés”.

La non-fermeture totale des frontières permet à la population de se déplacer entre la métropole et les territoires ultramarins sous trois conditions. Pour des obligations personnelles ou familiales impérieuses, lors d’une urgence médicale, et pour un déplacement professionnel ne pouvant pas être différé. Un justificatif solide sera demandé pour chacun des motifs. À cela, il faudra ajouter l’attestation de déplacement dérogatoire pour les vols, à télécharger sur le site outre-mer.gouv.fr

Annick Girardin a également adressé un mot aux étudiants d’Outre-mer qui résident en métropole. “Il est capital que vous ne cherchiez pas à rentrer chez vos parents ou vos proches”, faisant écho à l’inquiétude des personnes, qui souhaitaient retourner dans leurs îles avant que la situation se dégrade. La ministre a rappelé que celles et ceux qui se rendront en Outre-mer devront se soumettre à une quatorzaine. Il s’agit d’un “confinement strict interdisant toute sortie sur le territoire et réduisant au maximum les contacts. C’est un régime draconien qui va au-delà du confinement imposé”, a expliqué la ministre.

Des mesures qui arrivent trop tard

Depuis le début de la crise Covid-19, les Ultramarins de tout horizon ont lancé un cri d’appel demandant la fermeture des frontières de leurs territoires respectifs qui n’étaient pas encore touchés par le virus. Mais leur demande n’a pas été entendue et désormais tous les territoires d’Outre-mer sont touchés par le Coronavirus. Hier, mercredi 25 mars, Mayotte comptabilisait 35 cas avérés et l’île de Ma Réunion 94 cas. Les deux îles sont de ce fait, passées au stade 2 de l’épidémie. Tous les autres territoires d’Outre-mer restent pour le moment au stade 1. L’allocution de la ministre Annick Girardin a fortement été critiquée sur les réseaux sociaux par des internautes en colère qui déplorent des mesures tardives. Certains ont dénoncé le manque de moyen criant dans les hôpitaux d’Outre-mer.

Annick Girardin a également affirmé que tous les nouveaux arrivants devront se soumettre à une quatorzaine, mais cette règle ne serait pas totalement respectée. À Mayotte, de nombreux travailleurs, à l’hôpital notamment, affirment que leurs collègues n’auraient pas observés cette phase d’isolement à cause du manque d’effectif au CHM.

 

Abonnement Mayotte Hebdo