Se former aux premiers secours en ligne : c’est possible à Mayotte

Se former aux premiers secours en ligne : c’est possible à Mayotte

Fort d’une trentaine de bénévoles, l’association de développement du sauvetage et du secourisme (ADSS) est dans les starting-blocks, prête à intervenir sur l’île en cas de difficultés liées au virus Covid -19. En attendant, elle propose un apprentissage des gestes de premiers secours via l’application Salvum. En cette période de confinement et devant une catastrophe sanitaire annoncée, cette formation en ligne pourrait tomber à pic pour nombre de Mahorais.

“Sauvez des vies, restez chez vous !” Tel est le slogan de bon sens martelé dans les médias et sur les réseaux sociaux ces dernières semaines, tant au niveau local que national. Malgré une communication bien pensée, bien passée, une “hécatombe” s’apprête à frapper Mayotte selon Mansour Kamardine. Si les prédictions du député s’avéraient, le bon sens ne suffirait probablement plus à sauver des vies.

Tout en restant confinés, les Mahorais seraient alors bien inspirés d’apprendre réellement, techniquement, à sauver des vies. C’est ce que propose l’association de développement du sauvetage et du secourisme (ADSS) de Mayotte. Soutenue par la direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJSCS) de Mayotte, elle porte depuis l’été dernier la formation en ligne des gestes de premiers secours via l’application Salvum.

Depuis, 200 diplômes de prévention et secours civiques niveau 1 (PSC1) ont été décernés ! Actuellement, la formation en ligne touche essentiellement les volontaires en service civique : ces 16-25 ans engagés au service de l’intérêt général, dans les administrations ou les associations. Mais Abdou Anli, président de l’ADSS l’assure, “des licences peuvent être délivrées pour que tout un chacun puisse accéder à la formation et ça peut aller vite”.

La formation Salvum PSC1 se déroule en sept heures, à l’instar d’une formation de PSC1 classique. Cependant, la formation en ligne ne concerne que la partie théorie (3h) : la partie pratique (4h) s’effectuant normalement, en groupe dans un lieu commun.

“La formation en ligne nous oblige à comprendre, autrement on reste bloqué à la théorie”

Concrètement, l’application soumet une série de questions-réponses et de mises en situation durant laquelle le stagiaire sera évalué, pour pouvoir passer à l’étape supérieure.

“La formation en ligne nous oblige à comprendre et à assimiler les gestes de premiers secours, car autrement on reste bloqué à la partie théorie. Contrairement à la formation classique, où on avance vers la partie pratique et ce, que les stagiaires aient compris ou non la partie théorie”, explique le président de l’association. L’ADSS met en avant l’efficacité de la formation en ligne et, en ces temps de confinement, sa praticité.

En effet, elle peut s’effectuer à n’importe quel moment de la journée, et chaque stagiaire peut se former à son rythme. Si les stagiaires, après avoir validé la théorie, devront patienter pour réaliser la pratique et valider leur diplôme, confinement oblige, pour Abdou Anli, il est tout de même intéressant de s’inscrire et d’entamer la démarche.

“L’application Salvum est riche en apprentissage et en enseignement. Ne serait-ce que pour mémoriser les réflexes basiques à avoir en cas d’incident ou d’accident dans son entourage : ce sont des connaissances qui n’imposent pas nécessairement d’aborder la partie pratique de la formation et qui pourtant peuvent faire la différence si une situation quelconque se présentait.” La formation

Salvum PSC1 coûte aux volontaires de service civique 60 euros, soit autant que la formation classique. Renseignements au 0639279724 ou à adss.contact@gmail.com.

 

Abonnement Mayotte Hebdo