Mise en place d'une cellule d'urgence à Mayotte pour faire face au coronavirus

Mise en place d'une cellule d'urgence à Mayotte pour faire face au coronavirus

Lancement, vendredi 20, de la cellule d'urgence destinée à faciliter aux entreprises locales l'accès au vaste plan national de soutien à l'économie. État, Département, CCI, CMA, etc. : tous les acteurs économiques du territoire y sont associés. Mot d'ordre : limiter la casse et préparer la relance.

"Il faut penser à l'après épidémie, [et pour cela] l'économie doit continuer à fonctionner, même de manière limitée. [Mais) les choses sont compliquées. Beaucoup d'entreprises sont aujourd'hui à l'arrêt. Il faut les soutenir pour préparer le rebond. Il faut bien se mettre en tête qu'il y aura un après crise et que Mayotte, plus que n'importe quel autre territoire, a besoin de rebondir très vite pour continuer à se développer et saisir toutes les opportunités financières que le gouvernement met à sa disposition jusqu'en 2022 (via le plan de convergence, NDLR)" : Jean-François Colombet, préfet de Mayotte, a eu le mérite d'être clair lors de l'annonce de la mise en place d'une cellule d'urgence économique (joignable par mail, covid@mayotte.cci.fr, ou au téléphone 02 69 50 23 11.), vendredi 20. Une annonce un peu particulière puisque, règles de distanciation sociale obligent, elle s'est faite par téléconférence. Comprendre, par téléphone. À l'autre bout "des fils", donc : le préfet de Mayotte, le Conseil départemental, et la plupart des acteurs économiques du territoire prenant part à cette mise en place : Chambre de commerce et d'industrie (CCI), Chambre des métiers et de l'artisanat (CMA), Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire (Cress), etc. Une cellule d'urgence dont la vocation est simple : "être un lien entre l'administration et les chefs d'entreprise", comme l'a défini le préfet au moment où le gouvernement a annoncé un vaste plan national de soutien à l'économie afin de faire face à la crise majeure qui s'annonce.

Limiter la casse

Ce plan national "massif et sans égal" de 300 milliards d'euros – et qui concerne aussi Mayotte grâce à "la non-différenciation des mesures prises en métropole", a souligné le haut-fonctionnaire – s'articulent autour de plusieurs grandes mesures. À savoir le report des délais de paiement des échéances fiscales ; le report des factures ; le rééchelonnement des remboursements bancaires ; le maintien de l'emploi avec le remboursement à hauteur de 70% des salaires en cas de chômage partiel ; le traitement des conflits entre les clients et les fournisseurs grâce au médiateur des entreprises ; la reconnaissance du Covid-19 comme cas de force majeure ; ou encore une aide immédiate de 1 500 € aux très petites entreprises. Aide qu'abondera par ailleurs le Conseil départemental grâce à une enveloppe dont le montant reste encore à déterminée, mais qui devrait se chiffrer à "entre trois et cinq millions d'euros", a annoncé le vice-président du Département en charge du développement économique, Ben Issa Ousséni, rajoutant que d'autres mesures de soutien sont actuellement à l'étude par l'institution. Mais encore faut-il que les entreprises aient accès à ces dispositifs nationaux et locaux. Et rapidement et facilement de préférence. C'est tout le but de cette cellule d'urgence.

En plus de la création d'une cellule de continuité territoriale pour faire le lien avec Paris et de la réalisation d'un guide à destination des entreprises détaillant les conditions d'exercice de leur activité en temps de crise, le dispositif crée en 2018 suite à la crise sociale qui avait traversé le département est donc réactivé. En pratique, une sorte de guichet unique* à distance pour répondre aux questions des entreprises et les orienter dans leurs besoins, démarches et demandes d'aides financières. "Une plate-forme qui a fait ses preuves et a été salvateur pour bon nombre d'entreprises" chez nous a rappelé le président de la CCI, Mohamed Ali Hamid, en soulignant que "l'expérience mahoraise a d'ailleurs été reprise par plusieurs chambres (de commerce et d'industrie) de notre réseau et a montré son utilité sur le plan national lors de la crise des Gilets jaunes, par exemple."

 

Abonnement Mayotte Hebdo