IBS fait un don de 10.000 masques à l’agence régionale de santé

IBS fait un don de 10.000 masques à l’agence régionale de santé

Alors que tous les habitants se retrouvent obnubilés par le confinement, un message de solidarité risque bien de leur redonner du baume au cœur. IBS a annoncé hier matin adresser un don de 10.000 masques à l’agence régionale de santé pour les mettre à profit des personnels hospitaliers. David Nagard, le secrétaire général de la société, espère que cette action créera une &émulation auprès des autres entreprises industrielles.

Tous les jours, l’angoisse et l’anxiété gagnent un peu plus les Mahorais. Avec la peur au ventre d’apprendre que l’un de ses proches ou soi-même se révèle positif au Coronavirus. En plein confinement, les informations circulant sur les réseaux sociaux ne traitent que du virus. Entraînant toute la population dans une spirale négative continue et toujours plus profonde. Pourtant, un acte de solidarité risque bien de leur redonner du baume au cœur. Celui-ci vient tout droit d’IBS (ingénierie béton système). « Nous avons pris la décision [hier] matin de faire un don de 10.000 masques à l’agence régionale de santé », confie David Nagard, le secrétaire général de la société. Un choix qui peut surprendre, mais qui s’explique pour une raison toute simple. Contrainte de se protéger en raison de la poussière du ciment qui voltige dans tous les sens sur la carrière, une grande partie des quelques 300 salariés se retrouve aujourd’hui dans l’incertitude. « Nous somme en activité partielle. Les services généraux se mobilisent pour préparer la reprise tandis que la production fonctionne pour faire du stock. Par contre, nous ne faisons pas de vente. »

Face à cet immobilisme économique contraint par la crise sanitaire, IBS décide alors d’adresser sa commande de masques, réalisée il y a deux mois et « qui a mis beaucoup de temps à arriver à cause des problèmes maritimes », aux « personnels de santé qui en ont plus besoin que nous ». Bonne nouvelle : le bateau de livraison doit accoster ce dimanche au port de Longoni. « Jusqu’alors, nous avions des prévisions à dix ou quinze jours, je ne me voyais pas faire des effets d’annonce. » En attendant cette fameuse date, entourée en rouge sur le calendrier, la direction d’IBS travaille d’arrache-pied pour faciliter la récupération du précieux sésame. « Nous avons demandé une priorisation au préfet pour le container puisse sortir au plus vite, tout comme dédouanement, pour les acheminer à l’ARS. »

Certification FFP2 et FFP3

Un geste apparemment salué par le directeur de cabinet de Dominique Voynet, même si cette dernière soutenait lundi avoir reçu très récemment un lot important de masques, « qui met le CHM à l’abri et dans une position confortable pour plusieurs semaines ». Toutefois, ce cadeau tombé du ciel ne sera pas de trop, sachant qu’une grande partie du stock comporte des masques périmés depuis peu… « Nous sommes autorisés à [les] utiliser dans les six mois qui suivent la date de péremption », certifie la directrice de l’ARS dans un courrier adressé aux professionnels de santé. Un phénomène qui ne devrait pas de se produire avec ceux fournis par IBS puisqu’ils viennent tout droit du fabricant. « Nous les avons achetés en Chine, qui réalise 95% de la production mondiale. Ils sont certifiés FFP2 et FFP3 et ont une protection maximale », assure David Nagard.

Enfin, si le secrétaire général d’IBS a bien conscience que la donation de sa société ne va pas résoudre tous les problèmes sanitaires, il espère « créer une émulation pour que les autres entreprises industrielles fassent de même ». C’est tout le mal que l’on lui souhaite.

 

Abonnement Mayotte Hebdo