Continuité territoriale et sauvegarde des entreprises : Mayotte ne bottera pas en touche

Continuité territoriale et sauvegarde des entreprises : Mayotte ne bottera pas en touche

Mercredi soir, la ministre des Outre-mer a répondu à plusieurs interrogations des populations ultramarines concernant la crise sanitaire qui se joue sur tout le territoire français. Si Annick Girardin a concédé que les configurations n’étaient pas les mêmes, elle a toutefois assuré que tout ce qui se déciderait à Paris s’appliquerait également dans les DOM-TOM. L’occasion d’évoquer ce qu’il adviendra du trafic aérien et de l’aide aux entreprises.

Confinement oblige, c’est une conférence de presse “virtuelle” qu’a donnée depuis Paris Annick Girardin, ministre des Outre-mer. Mercredi soir, il s’agissait d’abord de “montrer l’exemple”, mais aussi et surtout de revenir plus en détail sur l’application des mesures annoncées par le gouvernement dans les territoires ultramarins, où, à l’heure de cette prise de parole, plus de 88 cas de Covid -19 étaient déjà confirmés, et ce dans huit localités. Un premier mort est d’ailleurs déjà à déplorer en Martinique.

“Les situations ne sont pas les mêmes, les cas testés sont le plus souvent importés”, a d’abord rappelé la “MOM”, en demandant en conséquence aux Ultramarins vivant à l’extérieur des DOM-TOM de ne pas rentrer chez eux afin d’éviter toute propagation de la maladie. “Nous avons un début de contamination de locaux, c’est pourquoi j’ai décidé que les choix du Président et du Premier ministre se mettent en place dans tous territoires d’outre-mer.”, a évoqué Annick Girardin, sans exclure que, selon l’évolution de la situation sanitaire, des mesures spécifiques pourraient être décidées localement.

Et si, contrairement à la France métropolitaine, “l’Outre-mer n’est pas encore au stade 3”, différentes mesures ont d’ores et déjà été prises concernant le trafic aérien et le risque de propagation qu’il représente. “S’agissant des liaisons avec l’Hexagone, le confinement à domicile des passagers aériens et maritimes (une quatorzaine stricte sans aucune autorisation de sortie, ndlr) en provenance de la métropole est la règle”, ont conjointement rappelé ministères des Outre-mer et des Transports. La fréquence des vols commerciaux devrait ainsi être réduite, et l’accès aux transports est déjà strictement limité “aux seuls voyages familiaux et professionnels ne pouvant être différés”. Alors que le gouvernement s’est engagé à “faciliter le retour des touristes hexagonaux”, il est formellement demandé aux Ultramarins résidants à l’extérieur de ne pas regagner les Outre-mer, étudiants en mobilité compris. Pour ces derniers, des hébergements d’urgence ont été prévus dans les Crous, spécialement restés ouverts. Une rupture totale des liaisons aériennes et maritimes n’est à ce stade pas envisagée, afin de garantir la continuité territoriale entre les DOM-TOM et l’Hexagone, et avec elle, maintenir les évacuations sanitaires et le réapprovisionnement des stocks de médicaments. “Des précisions seront données dans les jours à venir”, a, à ce sujet, confié Annick Girardin.

L’AIDE AUX ENTREPRISES ETENDUE AUX OUTRE-MER

Sur le volet économique cette fois, la ministre a assuré que toutes les mesures d’aides aux entreprises énoncées par le gouvernement s’appliqueront aussi aux sociétés ultramarines. “L’Union européenne a annoncé renforcer son fonds de solidarité, dont bénéficient les Outre-mer, et nous allons demander d’étendre son champ d’application. Il y aura une flexibilité des aides déjà pré-versées par l’Europe et l’État”, a dévoilé la MOM.

Aussi, le projet de loi de finances rectificatives décidé à Paris pour un montant hypothétique de 45 milliards d’euros bénéficiera également aux sociétés implantées dans les DOM-TOM, de même que la prise en charge par l’État à hauteur “de 100 % du coût salarié aux entreprises qui subissent ce choc”. Les TPE, elles, pourront compter sur un fonds de solidarité cofinancé avec les régions pour un montant total de 300 milliards d’euros. “On va suspendre les échéances des prêts et reporter les échéances fiscales et sociales à des dates ultérieures”, a promis de surcroît Annick Girardin. “Je demande aux collectivités de prioriser dans leur paiement les entreprises les plus fragiles, et de régulariser les retards de paiements des entreprises.”

Mais alors, l’état d’urgence sanitaire est-il également décrété dans les DOM-TOM ? Oui, a assuré la ministre, qui a par ailleurs expliqué que le second tour des élections municipales devrait être reporté au moins de juin, sur avis scientifique et si la situation le permet, et ce sur l’ensemble du territoire républicain.

En attendant une nouvelle allocution, Annick Girardin a appelé chaque Ultramarin à ne pas se ruer dans les commerces et grandes surfaces, au risque de provoquer une pénurie. Et afin de lutter contre toutes sortes de rumeurs et fausses informations, elle a invité chacun à se référer au numéro vert spécialement mis en place pour délivrer des renseignements fiables en temps réel, le 0 800 130 000.

Abonnement Mayotte Hebdo