Les consignes très strictes de La Poste pour maintenir ses services à Mayotte

Les consignes très strictes de La Poste pour maintenir ses services à Mayotte

Depuis l’ordre de confinement, La Poste a adapté ses missions de service public pour continuer de pouvoir échanger par courrier, envoyer ou recevoir des colis, et permettre aux Mahorais de retirer leurs prestations sociales. À partir de lundi, les cinq bureaux de poste seront ouverts à la clientèle uniquement le matin tandis que les postiers auront des horaires aménagés.

La sécurité et la santé avant tout. Tels sont les morts d’ordre de Gaëtan Longeau, le directeur régional de La Poste. Pas question néanmoins de déroger à ses missions de service public. Pour preuve avec l’ouverture de cinq (Mamoudazou, Kawéni, Combani, Chirongui et Dzaoudzi-Labattoir) de ses quatorze bureaux pour réaliser des opérations de dépôt et de retrait d’argent. Avec quelques principes de base à respecter en cette période d’épidémie. “Un vigile, formé spécifiquement pour l’occasion, ne fait rentrer que cinq personnes à la fois dans nos locaux”, souligne Gaëtan Longeau. “Et à l’extérieur, il rappelle les mesures aux clients, notamment le mètre de distance entre chaque personne.” La multiplication des cas avérés de Coronavirus au cours de ces derniers jours et la très forte baisse de l’affluence, liée aux contraintes de déplacement, poussent le directeur à revoir son organisation à partir de ce lundi. Conséquence ? “Nous allons proposer des horaires aménagés en accueillant du public uniquement le matin, de 8h à 12h, puisque l’après-midi il n’y a pratiquement plus personne...” Une décision qu’assume complètement Gaëtan Longeau, et qui ne risque pas de faire grincer des dents les Mahorais selon lui. En effet, à ses yeux, la population fait preuve d’un civisme exemplaire vu la situation. “Il n’y a eu aucune tension dans les agences, même le premier jour du confinement. Il y a une véritable compréhension de leur part !” se réjouit-il.

Mais est-ce réellement la même ambiance sur le terrain, où les facteurs sont en première ligne, et surtout est-ce véritablement la même application ? Que ce soit avec les clients ou avec ses collaborateurs, le discours est le même pour le directeur régional. Et les consignes sont on ne peut plus claires : respecter les différentes mesures barrières, comme tousser dans son coude et se moucher dans un mouchoir à usage unique jetable. Entre autres. La plus importante reste le lavage des mains toutes les heures ! Pour cela, chaque postier se voit remettre un kit sanitaire avant chaque tournée. “De l’eau et du savon pour ceux en voiture, et du gel hydroalcoolique pour ceux en scooter et en quad.” Concernant les masques, la donne est sensiblement différente. Gaëtan Longeau a conscience qu’ils sont réservés aux personnes contaminées, toutefois il en garde quelques-uns sous le coude à des fins psychologiques. “On en met à disposition, tout en précisant que cela ne sert à rien. Après si quelqu’un en veut un pour se rassurer, il peut tout à fait en porter.” Une fois équipés, quid de l’acheminement du courrier et des colis ? Encore une fois, les prérogatives sont similaires. Hors de question d’autoriser un quelconque rapprochement avec le client. Les agents doivent ainsi s’adapter, eux qui sont désormais habitués à travailler à l’aide d’un Facteo, un smartphone qui permet de certifier la livraison. “La réception peut être assurée sans qu’il y ait un contact entre les deux”, conjure-t-il. Et comme pour les agences, un réajustement du planning des facteurs doit également s’effectuer en début de semaine.

Ainsi, pour accroître la distanciation sociale, mais aussi pour s’adapter à la fermeture temporaire de nombreuses entreprises, ils ne travailleront plus qu’un jour sur deux. “La Poste se doit d’être dans une position guerrière par rapport au Coronavirus”, martèle Gaëtan Longeau. Bien reçu !

 

Abonnement Mayotte Hebdo