21/09/2007 - Naufrages de kwassas : des autorités comoriennes commencent à réagir

21/09/2007 - Naufrages de kwassas : des autorités comoriennes commencent à réagir

Selon le maire de la ville Mohamed Mahamoud, cet énième accident a fait quatre victimes dont une femme et le copilote, parmi les 16 personnes qui se trouvaient à bord de cette embarcation de fortune qui était partie sur une plage de Bambao vers deux heures du matin à destination de Mayotte. Si on ne dénombre pas d’enfants parmi les victimes, cet accident a tué des parents, des chefs de familles et fait augmenter la liste des orphelins, enfants des victimes des naufrages des kwassa-kwassa dont M. Absoir, 29 ans qui vivait à Mayotte depuis quatre ans, qui était marié et père de deux enfants, selon ses proches, rencontrés par HZK-Presse. Moustakima, un jeune d’une vingtaine d’années originaire de la région d’Itsandra en Grande Comore a aussi trouvé la mort dans cet accident, a affirmé "José" un de ses camarades, avec qui, ils étaient arrivés ensemble à Bambao.


Une mission de l’Unicef qui a séjourné dans l’île la fin de la semaine dernière s’est intéressée du sort des enfants dont les parents ou l’un d’eux ont péri dans ces traversées "de la mort" et compte faire une étude sur l’impact de ces accidents sur ces enfants presque "abandonnés." L’alerte a été donnée par les rescapés qui ont trouvé refuge dans un village proche du lieu de l’accident et dont certains pourraient être sérieusement blessés, nous a déclaré le maire de la ville.


Mohamed Mahamoud a accusé les gendarmes du port de Mutsamudu de "complicité avec les organisateurs" de ces voyages périlleux, a confié à HZK-Presse qu’il est "déterminé à lutter contre les réseaux implantés dans sa ville et qu’il entend prendre deux mesures importantes dans les deux jours à venir". "Les propriétaires des maisons qui hébergent les candidats seront notifiés, des patrouilles seront effectuées sur tout le littoral des limites de la commune et les vedettes de type Koma 4 qui font ces traversées seront ramassées et confisquées à la gendarmerie", a-t-il dit.


"Le circuit est long puisque les candidats viennent de partout", reconnaît-il, avant de conclure qu’il va agir et qu’il compte sur le soutien de son ministre de l’intérieur.

 

Hamid Ahmed
Abonnement Mayotte Hebdo