03/03/10 - Mayotte vivra les Jeux des îles en blanc et bleu

03/03/10 - Mayotte vivra les Jeux des îles en blanc et bleu
Le Conseil international des Jeux (CIJ) des îles de l'Océan Indien s'est réuni les 25 et 26 février à Beau Vallon Bay aux Seychelles. La délégation mahoraise était composée de Madi Vita, Hamidou Salim Hamidou, Mikidadi Ben Ali, respectivement président, 2e et 1er vice-président du Comité régional olympique et sportif (CROS) de Mayotte et de Gilles Chambarétaud, représentant la DJS. L'objectif de cette réunion était de valider les règlements généraux et techniques des 8e Jeux des îles qui se dérouleront en 2011 aux Seychelles. "Nous avons également eu les fiches d'engagement de principe que nous devons faire parvenir avant le 15 mars quant aux disciplines dans lesquelles nous nous engageons. Nous serons présents dans 7 disciplines sur 12" affirme Madi Vita. Il n'y aura pas de boxe, ni d'haltérophilie, natation, voile ou de badminton pour les Mahorais, pour la simple et bonne raison qu'il n'existe pas de comité ou de ligue dans ces sports à Mayotte. Autre certitude, Mayotte évoluera en blanc et bleu. "Tous les autres pays évoluent avec des couleurs qui figurent sur leur drapeau. Nous étions les seuls à faire autrement avec le orange qui ne signifie rien pour Mayotte et qui était ironiquement décrié par les sportifs en tant que couleur Guantanamo, car rappelant les tenues des détenus de la base américaine à Cuba" explique le président du CROS. La mesure peut paraître anodine mais sachant que la participation de Mayotte se fait sans que les athlètes mahorais n'aient le droit d'utiliser le drapeau tricolore ni la Marseillaise en cas de victoire, on peut comprendre la satisfaction du président du CROS à ce sujet. Le montant du coût séjour a été fixé à 35 € par jour et par personne pour les sportifs et à 40 € par personne et par jour pour les officiels. En ce qui concerne les arbitres, seul le football pose problème pour Mayotte puisque les règlements exigent que des arbitres internationaux soient convoqués. Or contrairement aux Réunionnais qui sont reconnus au niveau de la FIFA, les directeurs de jeu mahorais ne peuvent arbitrer des compétitions internationales.
Abonnement Mayotte Hebdo